Ma Photo

Entrez votre adresse mail:

Delivered by FeedBurner

Notre partenaire sedema

Rechercher sur le blog


Les vins du Roussillon

Livres à consulter

  • Pierre Galet: Grands cépages
    Les principaux cépages présentés avec leur caractéristiques, leur qualités, des photos.
  • ITV - Chambre d'agriculture du Roussillon: Le coût des fournitures en Viticulture
    Publication mise à jour chaque année. Rassemble toutes les données sur les produits utilisés dans nos métiers. Voir le site: itvfrance.com
  • Pierre GALET: Précis de pathologie Viticole
    Remarquable de facilité d'emploi pour identifier un parasite ou une maladie.
  • Alain Reynier: Manuel de Viticulture
    Tout ce qu'il faut savoir pour établir et entretenir un vignoble.
  • J. RIBEREAU-GAYON: Sciences et techniques de la vigne
    Tome 1: Biologie de la vigne, Sols de vignoble. Tome 2: Culture, pathologie, défense sanitaire de la vigne
  • Jean Long: Vignes et Vignobles
    Aborde trés simplement tous les aspects de la création et de l'entretien d'un vignoble.

Google analy

  • Google

Enter your email address:

Delivered by FeedBurner

« Mais comment faites vous? Vous les BIO | Accueil | Commentaires »

10 mai 2009

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d83451c0b469e201156f860c01970c

Voici les sites qui parlent de Les "BIO" et l'oïdium. :

Commentaires

Perraud Isabelle

Bonsoir,
Le "Qu'en penses tu?" ne m'ait pas destiné mais je réponds quand même!! Je suis totalement d'accord sur le fait qu'il faille renforcer la plante plutôt que que de chercher à détruire le champignon.Et d'accord aussi qu'une plante plus résistante produise un raisin plus résistant et plus complet qui n'a plus besoin de substances pour compenser ses faiblesses comme tous les produits oenologiques et le SO2...
Un jour, un vigneron est venue "m'agresser" sur un salon, en me disant " un vin sans soufre, c'est impossible"...Je lui ai simplement répondu qu'avec ses raisins peut être pas, mais qu'avec les nôtres, c'etait possible...

Iris

Franck, sans vouloir te voler dans les plumes, mais je trouve, qu'à attendre le jour, où la vigne serait tellement forte, qu'elle se défend de tout toute seule, et cela dans un environnement, qui a subi sur tous les plans l'influence de l'homme depuis des siècles, que cela soit sur le climat global, la flore et la faune - sans parler des monocultures, des clones et tout ce que tu ne peux plus rayer de la carte, c'est quand même fermer les yeux devant la réalité de notre travail de tous les jours.

Oui, il y a les nouvelles obtentions de cépages , qui résistent au champignons (on les appelle PIWIs en Allemand: Pilzwiderstandsfähige Rebsorten), tu trouves quelques infos sur les recherches ici:

http://www.itab.asso.fr/downloads/actes%20suite/hybrides-aivb-jt-die-nov08.pdf

Mais cela me semble difficilement consolable avec la tradition Française de cépages nobles, la notion de terroir et le système AOC...

Iris

Merci encore, d'avoir lancé la discussion, Jean-Paul. Et attention: il ne faut pas me classer dans les "Bios" - je ne suis pas une Bio certifié par un organisme d'état payant et contrôlé par ses employés. Donc j'essaie, de ne jamais utiliser cette marque commerciale protégé et bien encadré par la loi dans mes communications:-)!

Cela m'oblige de parler de méthodes "naturelles", sans d'intrants autre que soufre et cuivre à basse dose à la vigne, si nécessaire - de simplement être le plus transparent possible sur ce que je fais à la vigne et au chai.

Mes "méthodes" trouveront grâce auprès des contrôleurs Ecocert, mais il sont, comme tu sais, plutôt vieux jeux, du "traditionnel", avant que ce mot soit aussi galvaudé par le glissement vers le tout chimique, apporté par les conseillers agricoles et les représentants de l'industrie phytosanitaire...

Franck PASCAL

Ta remarque est bonne !
La question est "Lorsque des spores d'oïdium sont diffusées dans l'atmosphère, pourquoi certaines vignes deviennent sensibles et d'autres non ?"

C'est pour répondre à ce type de question qu'on a besoin d'une vraie recherche sur la protection des cultures.

On ne trouvera jamais de solution en voulant éliminer les spores d'oïdium. Les traitements, même avec voûte pneumatique et tout, ne peuvent atteindre 100% de la surface du feuillage. Une simple feuille bloquée contre un piquet de vigne ne peut être intégralement protégée.

Certes, pour limiter les risques liés aux trous laissés dans les traitements, il y a les systémiques; mais leur effets secondaires indésirables sur la plante en font des soins à utiliser en dernier recours.

On en revient au départ: par quel mécanisme certaines vignes arrivent à contrer la pression de la maladie à faible dose de soufre alors que d'autres n'y parviennent pas à grande dose de soufre ou de substance de synthèse ???

Il nous faudrait une recherche qui prenne la vigne de manière globale: historique du parcellaire, travaux avant plantation, fertilisation depuis 50 ans, emploi d'oligo-éléments régulateurs ou non, désherbage, travail du sol, et soyons fous la psychologie de la vigne ? :-)))

Est-ce que cela sera possible, je n'en sais rien.
En tout cas, quand certaines personnes ont une gastro, tout le monde ne l'a pas.

Il y a forcément chez la plante qui développe l'oïdium une faiblesse que les autres n'ont pas si elles résistent à la même pression avec le même mode de protection.

Bref, pour sortir de ces maladies qui semblent inéluctables aux vignerons, il faudra un jour comprendre comment renforcer la faiblesse de la vigne qui la rend sensible aux maladies plutôt que de chercher à détruire le champignon qui montre cette faiblesse... et on peut croire qu'une vigne moins faible sera en mesure de donner un vin plus intéressant; alors qu'une vigne bombardée de substances qui compensent ses faiblesses donnera des vins plus faibles (notamment sensibles aux déviations, à l'oxydation, ou manquant d'acides naturels pour son vieillissement et son équilibre).

Qu'en penses-tu ?
Franck

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.